By Cap Islande - Martin
Posted: Updated:
0 Comments

Les glaciers font partie de l’identité de l’Islande. Ils ont taillés des montagnes, découpés des fjords. Ils couvrent une grande partie de la surface de l’île, et jouent un rôle essentiel pour le paysage. L’Islande signifie littéralement « Terre de glace », et nous allons voir pour quelles raisons.

Aperçu global.

Les glaciers couvrent aujourd’hui environ 11% de la surface de l’île. « Jökull » en Islandais, ils sont répartis tout autours du pays. Les plus grands se situent cependant sur la partie sud de l’île. Le Vatnajökull est le plus étendu d’entre eux, et couvre à lui seul environ 8% de la surface de l’Islande. Beaucoup des grands glaciers d’Islande renferment une autre particularité de l’île : le feu. En effet, de nombreux volcans se situent sous les calottes glaciaires. Le Katla se situe par exemple sous le Mýrdalsjökull, au sud de l’Islande. Les glaciers sont à l’origine d’un réseau de rivières glaciaires alimentant tout le pays, et de nombreuses cascades.

Histoire gelée des glaciers d’Islande.

Les glaciers évoluent bien évidemment avec le climat. Ils changent en fonction de la ‘limite de glaciation » (altitude à laquelle la neige se forme en glace et s’accumule). En Islande, cette limite est assez basse en comparaison avec les Alpes par exemple. Elle est d’environ 1 000 mètres aujourd’hui. Notre époque est considérée comme interglaciaire. Mais durant les périodes glaciaires précédentes, les glaciers recouvraient la majeure partie de l’île. Le dernier âge glaciaire s’est arrêté il y a 9 700 ans en Islande. La couverture glaciaire est sous cette forme depuis 2 000 à 2 500 ans, malgré quelques variations périodiques.

Glacier Islande

Langue glaciaire descendant du Vatnajökull. @Hélène Papion Photography. Tous droits réservés.

Quelles sont les formes des glaciers Islandais ?

Il faut d’abord comprendre la formation d’un glacier pour en comprendre sa forme.

  1. Lorsque la neige tombe à une certaine altitude durant l’hiver, elle se compacte et forme de la glace qui s’accumule. Cette zone peut être épaisse d’années, voir de siècles d’accumulation. Cette zone est nommée le névé.  En Islande, certaines zones du névé peuvent faire 900 mètres d’épaisseur, notamment sur le glacier du Vatnajökull.
  2. Cette glace, en altitude, est attirée vers le bas, grâce à la gravité. Cette zone est appelée la langue glaciaire. Ce sont les parties rapides du glacier, qui érodent la terre sur leur passage. La glace se déforme en avançant, créant des crevasses, moulins ou grottes de glace.  Ces langues descendent jusqu’à un front, la limite du glacier.

Les glaciers Islandais ont en majeure partie la forme d’une calotte glaciaire étendue. Leurs langues glaciaires leur donne un aspect tentaculaire, descendant des zones d’accumulation. Des glaciers de type « alpin » sont rares mais existent en Islande.

Une force pour l’Islande.

Ces masses titanesques de glace sont bien évidemment une force majeure pour le pays. Ils offrent des paysages grandioses, uniques. En fondant, la glace libère des quantités d’eau illimitées. L’Islande utilise une partie de cette source d’énergie formidable et colossale pour sa production d’électricité.

Aujourd’hui, le tourisme repose en partie sur cette force naturelle du pays. On peut s’aventurer lors d’excursions guidée sur les langues glaciaires. Le Parc national de Skaftafell est le point de départ par excellence de ces aventures.  Les glaciers alimentent une grande partie des rivières en Islande, ainsi que de nombreuses cascades. Celle de Gullfoss, dans le Cercle d’Or en est un parfait exemple.

Glaciers, les témoins du réchauffement.

Le réchauffement récent du climat à bien sûr un impact dévastateur sur la glace. Il modifie fortement le régime climatique du pays. Les glaciers fondent et reculent. Il y moins d’apport en glace, qui fond plus vite en bas de langue glaciaire. Le phénomène est alors accentué. Si la température monte de 2 degrés avant la fin du siècle, la majeure partie des glaciers d’Islande auront disparus. Et les conséquences sur le pays en seraient alors catastrophique. La langue glaciaire de Sólheimajökull, au sud de l’Islande, a perdu 900 mètres en 20 ans. Les glaciers sont le témoin de la santé de notre climat. Leur retrait est un indicateur qui ne ment pas. Les glaciers pourraient même avoir disparus du paysage Islandais dans 200 ans.

réchauffement climatique et glaciers

Les langues glaciaires reculent irrémédiablement. Elles laissent place à des lacs de plus en plus importants.
@Hélène Papion Photography. Tous droits réservés.

Related Posts

La dernière éruption d’un volcan en Islande remonte à 2015. Certains sont plus actifs que...

L’Islande semble subir les conséquences du changement climatique et enregistre en décembre des...

L’Islande est peut-être sur le point de tourner une page de son histoire. Face à la pression des...