By Cap Islande - Martin
Posted: Updated:
0 Comments

Il y a 6 ans, un volcan au nom imprononçable a fait jaillir des entrailles de l’Islande le feu et la cendre : l’Eyjafjallajökull. Localisé au Sud de l’île, cette éruption est connue car elle a paralysé le ciel européen pendant des jours, secouant l’économie.

L’Eyjafjallajökull est en fait le nom du glacier recouvrant le volcan de l’Eyjafjöll. Il culmine à 1 666 mètres de l’océan. Le 20 mars, après une période sismique intense, la première phase de l’éruption débute. Dans le passage de Fimmvörðuháls, situé entre les volcans du Katla et de l’Eyjafjöll, la lave jailli de la terre et s’écoule. Cette phase de faible intensité s’étire jusqu’au 13 avril. Ce lieu est accessible facilement pour les randonneurs.

C’est alors qu’au-dessus, sous la glace de l’Eyjafjallajökull débute la seconde phase de l’éruption, bien différente. Le magma est projeté dans le ciel, après avoir perforé la glace. Cette dernière, en fondant a générée des inondations destructrices et subites (les Jökulhaup), qui ont dévasté le Sud de l’Islande, coupant notamment la route 1. L’éruption est particulièrement active et impressionnante pendant sept jours. Les vents sont alors favorables et dirigent les cendres vers le ciel européen. Les chaînes d’information ne parlent alors plus que de ça : l’Islande paralyse le ciel européen et cela coûte des milliards.  L’éruption est ensuite moins active et plus stable. Sa fin est annoncé le 27 Octobre 2010.

Ce volcan a mis à jour le risque que comporte une éruption pour nos économies modernes. L’Eyjafjöll est considéré comme « petit », en comparaison à sont voisin, le Katla. Ce volcan, réputé comme très destructeur, et  l’un des grands volcans actifs de la planète. Son dernier réveil, en 1918, s’est déroulé dans un contexte d’économie bien différente d’aujourd’hui. Il est rentré en éruption 1 à 2 fois par siècle durant le dernier millénaire.

Il est possible de visiter le musée de l’éruption, au Sud de l’île. Avec du recul, cette éruption a en partie permis à l’Islande de devenir une destination touristique plus importante.

Related Posts

Sorry, nothing here!